Peugeot: "Ca va être chaud"

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Peugeot: "Ca va être chaud"

Message  Admin le Mar 12 Aoû - 22:19

Bruno Famin, le directeur de Peugeot Sport, admet un retard dans les préparatifs du Dakar 2015. Mais nie l'existence de tout souci technique d'importance sur la 2008 DKR

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Le 3 janvier, Carlos Sainz, Stéphane Peterhansel et Cyril Desprès seront sur le podium de départ du Dakar 2015 au volant de leur 2008 DKR. A cinq mois de cette échéance, le prototype Peugeot n'a pas encore mis les roues dans le désert mais s'est limité à des essais en France. La faute à des soucis de fiabilités qui n'ont rien d'anormal, selon Bruno Famin.


"Où en êtes-vous du développement de la 2008 DKR ?
-La voiture a pas mal roulé. Le premier qui en a pris le volant, c'est Carlos (Sainz). Il y tenait et j'ai accepté bien volontiers. Compte tenu de son expérience du Dakar et des deux roues motrices, son avis est extrêmement intéressant. Ensuite, Stéphane (Peterhansel) a pris le relais. Il a découvert le deux roues motrices et s'y est habitué très vite. On s'appuie sur ces deux équipages de pointe pour le dévelloppement de l'auto, car Cyril (Despres) débute sur quatre roues. On n'en est pas, évidemment, à définir les réglages pour untel ou untel, mais plutôt à fiabiliser la voiture, à vérifier que tout ce qui est température de fonctionnement, par exemple, correspond à nos attentes, ce qui n'est pas encore complètement le cas. Ces essais ont eu lieu avec une seule voiture, et en France uniquement, car avant de s'aventurer au Maroc, ce qui est notre prochain objectif, il faut un minimun de garanties et jusqu'ici on n'avait pas encore le niveau de maturité suffisant. La voiture est globalement bien née, elle a été d'emblée pas mal du tout au niveau du comportement et le ressenti des trois pilotes est bon. Qu'un gars comme Carlos se montre très raisonnablement sceptique fait que je ne suis pas inquiet quant à son potentiel.
Dans certaines confidences, il se serait montré plus que "raisonnablement sceptique", mais carrément assez critique sur l'état d'avancement du projet...
-C'est une voiture qui est toute neuve, il faut donc la fiabiliser. Elle marche bien, il n'y a pas de souci majeur, mais une somme de détails à régler les uns après les autres. On travaille dessus. Par rapport au planning idéal qu'on avait pu imaginer au début, c'est clair qu'on a un peu dérivé. Je pense que c'est par rapport à cela que Carlos a dû s'exprimer, et j'interprète plus cela comme de l'impatience qu'autre chose. Par définition, le planning était idéal et supposait qu'on ait zéro souci, ce qui n'était pas réaliste.
A combien estimez-vous ce retard ?
-Cela ne sert à rien de le quantifier, car le planning n'était pas tenable. Nous savions depuis le départ que c'était tendu et que nous n'arriverions pas au Dakar 2015 avec des dizaines de milliers de kilomètres d'essais au compteur. C'était évident, et ça l'est forcément encore un peu plus désormais. On ne vas pas se mentir, notre ennemi aujourd'hui, c'est le temps. Ca va être chaud pour être prêts pour le Dakar 2015. Avant un Dkar, il y a mille choses à tester, et c'est évident qu'on n'aura pas le temps d'éprouver la voiture dans toutes les conditions. Il y aura des impasses. On ne sera jamais fin prêts pour affronter tous les cas de figure possibles et nous ne sommes pas à l'abri de ne pas avoir réglé tous les problèmes de fiabilité potentiels qu'on peut rencontrer sur une épreuve comme celle-là, que nous allons découvrir. Mais en course, il y a toujours une part de réussite...
Quel est désormais le planning jusqu'en janvier?
- On va essayer d'enquiller un maximum de kilomètres d'essais. On ne roule pas tous les jours mais presque. Cyril a roulé lundi et mardi, la prochaine séance est programmée dans quelques jours en région parisienne. Il y a différents types de roulage. Pour la mise au point du turbo ou l'amélioration du refroidissement rouler en ligne droite suffit pour avoir les éléments. Pas la peine d'aller dans le Sud marocain. Les prochaines grosses séances sont prévues fin août-début septembre, puis on essaiera d'aller au Maroc la deuxième quinzaine de septembre avec une deuxième voiture, actuellement en construction, et d'y rester un bon moment pour faire le maximum de kilomètres.
Cela exclut-il la participation à une épreuve préparatoire avant le Dakar?
-Il est évident que notre priorité est d'accumuler du kilométrage en essais, ce qui risquent fort d'exclure la participation à une épreuve de préparation. Si on avait pu être au Desafio Inca ou au Rallye du Maroc avec la formation au complet, cela aurait été l'idéal mais c'est clairement exclu. On n'aura pas le temps. Certes, cela nous aurait permis de faire évoluer la voiture en conditions de course, mais finalement le kilométrage de spéciales est assez limité sur ces épreuves et cela aurait monopolisé pas mal d'énergie pour un objectif qui n'est pas le principal
Lors de la présentation du projet, Maxime. Est-ce toujours réaliste ?
-Nous espérons bien en être capables!Mais nous sommes aussi parfaitement lucides sur la difficulté de la tâche. Il faut y aller avec humilité, mais cela n'empêche pas l'ambition."
avatar
Admin
Admin

Messages : 676
Date d'inscription : 28/12/2010

http://rr43.forumgratuit.org

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum